Any request?

Friezes of Gandhāra: an art of narration Galerie Hioco

For the 20th Parcours des Mondes, the Gallery Hioco will showcase an exhibition about the Gandharan School.

It is in Gandhāra, a region located in the northwest of the Indian peninsula, whose composite aesthetic combines Greek, Roman and Persian influences, that the iconography of the Buddha in human form is established. The Gandhāran school emphasizes the last existence of the historical Buddha, as well as his previous lives or jātaka. A collection of very carefully selected, mostly never-before-exhibited friezes and architectural reliefs will be on display to the public, illustrating these fascinating Buddhist episodes.

It was in the public areas of Gandhāran monasteries, on the bases of the stūpa, the door and window surrounds, the plinths and sometimes even the risers of the stairs that such reliefs took place, in large numbers, juxtaposing decorative motifs and apologetic narrative scenes.

Within this unique ensemble, we will present an exceptional capital (3rd-4th century), of very large size (89 cm or 35 in) with a superb acanthus leaf decoration and featuring a bodhisattva in its center.

A very rare representation of the marriage of Siddhārta (c. 2nd-3rd century) and a frieze figuring Maitreya, the Buddha of the Future (2nd-3rd century), will also be pieces not to be missed.

Monumental capital, schist

Ancient region of Gandhāra

3rd-4th century

D. 20 x 89 cm or 7 7⁄8 x 35 in

Provenance: Private collection, Japan; published in vol. 2 (1990) of Gandharan Art written by Isao Kurita

Discover the Hioco Gallery at 12, rue des Beaux-Arts during Parcours des mondes.

Our partners

Latest news

Sign up to the newsletter

We invite you to subscribe to our newsletter to receive our lateste news!

The international prefix is mandatory. (ex.: +32(474)12-34-56)

By entering this data and sending this form, the internet user understands and accepts terms of use of website and protection of personal data.

(* = required field)

Press review

5/5
(11 opinion)

Evaluations are managed by the tools E-net Business

Certification e-net

Le marché des arts d’Afrique se développ... see more Le marché des arts d’Afrique se développe auprès d’un petit nombre de clients chinois, attirés par ses formes épurées. Parmi eux, des artistes, des hommes d’affaires ou des intellectuels, dont quelques femmes. Ils plébiscitent les pièces aux formes épurées dont l’esthétique a un potentiel universel, boudant au contraire les objets magiques et rituels à la forte connotation spirituelle. Point commun de cette clientèle : elle est extrêmement discrète et ne lève guère le voile sur sa collection. Il est pourtant une figure emblématique de ces nouveaux collectionneurs : l’exubérant Leinuo Zhang, installé à Milan et à la tête de plusieurs sociétés dans le domaine de la mode, qui ne manque pas d’exhiber fièrement ses acquisitions sur les réseaux sociaux. Aujourd’hui, outre les ventes publiques, il se fournit à Saint-Germain-des- Prés, chez le Bruxellois Didier Claes ou chez le Milanais Dalton Somaré. see less

Eléonore Théry

Le plus grand salon international des arts... see more Le plus grand salon international des arts premiers, asiatiques et d'archéologie se tient à ciel ouvert à partir d'aujourd'hui dans le quartier des Beaux-Arts et de Saint-Germain-des-Prés, à Paris. Jusqu'au 15 septembre, 64 marchands internationaux sont réunis pour cette 18e édition, qui témoigne d'une place croissant accordée à l'archéologie, avec la présence de huit galeries dont Arteas Ltd (Londres), Cahn Contemporary (Bâle) et la Galerie Eberwien (Paris). La collectionneuse grecque Kyveli Alexiou est présidente d'honneur de cette édition. Parmi les exposants, on retrouve les galeries Bacquart (Paris), Joe Loux (San Francisco) et Martin Doustar (Bruxelles), Bernard Dulon (Paris) pour les arts premiers, Max Rutherston Ltd. (Londres) pour les arts asiatiques ou encore J. Bagot Arqueología S.L. (Barcelone) pour la section archéologie. see less

The Art Newspaper Daily

Depuis dix-huit ans, grâce au Parcours de... see more Depuis dix-huit ans, grâce au Parcours des mondes, Saint-Germain-des-Prés devient, l’espace d’une semaine, le rendez-vous privilégié des amateurs et collectionneurs d’arts primitifs. Mais pas seulement, car depuis quatre ans, l’événement s’est ouvert à d’autres disciplines. En 2015, il accueillait les arts d’Asie ; cette année, c’est au tour de l’archéologie d’être intégrée, avec des œuvres grecques, romaines ou orientales. « L’adjonction de cette spécialité était une évidence, car c’est de cette époque que tout est parti », explique Pierre Moos, « Lorsqu’on s’appelle Parcours des mondes, on se doit de proposer un véritable tour du monde de l’art non pas en quatre-vingts jours mais en quatre-vingts minutes. D’autant que, contrairement à ce que l’on pense, le collectionneur n’est pas toujours monomaniaque et fait la traversée esthétique d’un continent à l’autre ou d’un pays à l’autre » Soixante-quatre exposants (dont une moitié venant de l’étranger) participent à cette 18e édition. Et parce que le Parcours des mondes rassemble la plus grande concentration au monde d’amateurs et de collectionneurs d’arts extra-européens, les exposants leur réservent leurs plus belles découvertes de l’année et rivalisent dans des expositions thématiques – une vingtaine – prévues parfois depuis plusieurs années. Parmi les expositions notables, on relève celle de Bernard Dulon (Paris) qui organise un face-à-face entre les œuvres du sculpteur belge Jan Calmeyn et les objets africains de sa collection, dont une figurine en zigzag Lega (Congo) et une statuette assise Dogon (Mali). Abla & Alain Lecomte (Paris) centrent leur présentation sur le thème du masque de l’Afrique de l’Ouest avec un étonnant masque cimier Ijebu, Yoruba. « Une vingtaine d’entre eux proviennent d’une collection privée encore jamais montrée », souligne Alain Lecomte (affichés entre 3 500 € et 35 000 €). Julien Flak (Paris) a réuni une vingtaine d’objets sous le titre explicite de « Poésie féroce, arts anciens de Nouvelle- Irlande », parmi lesquels un masque Malagan Matua ou Vanis (au-delà de 70 000 €). « Organiser une exposition consacrée aux arts anciens de cette île mystérieuse des mers du Sud est un rêve que je poursuis depuis plus de dix ans », souligne le marchand. see less

Marie Potard - Le Journal des Arts

Parcours des mondes in Paris - widely rega... see more Parcours des mondes in Paris - widely regarded as the world’s most important tribal art event – is good at looking to the past while engaging with the present. While most of the exhibitors at this annual international event staged in and around the galleries of Saint-Germain-des-Prés (11–16 September) focus on tribal art – the lion’s share from Africa – space is also found for contemporary expressions of traditional practice. This may be recent Aboriginal art or, as last year’s honorary president, Javier Peres, demonstrated in the loan exhibition he staged in the Espace Tribal, the work of artists from across the globe who reconnect to their cultural roots through the prism of modern and contemporary art. Both loan exhibition and honorary president this year connect the tribal with the contemporary. see less

Susan Moore - Apollo