Une question ?

Présidence d'honneur Sam Singer

Chaque année, le Parcours des mondes met à l'honneur une personnalité du monde de l'art tribal qui oeuvre pour la diffusion des arts extra-européens.

Qui est Sam Singer?

Sam Singer est le Président de Singer Associates Public Relations San Francisco

Sam Singer, un des plus grands stratèges politiques et de communications au monde, est le fondateur de l'agence de communication d'entreprise Singer Associates Public Relations à San Francisco, qui jouit d'une réputation internationale. Son entreprise a remporté le prix de la Public Affairs Agency of the Year  et a été finaliste pour le prix de Global Public Relations Agency of the Year

Le journal The Guardian de Londres a qualifié M. Singer de « maître de la communication de crise » et la télévision Gama d'Amérique latine a déclaré que son agence était « une des plus influentes d'Amérique ». Les médias ont surnommé M. Singer "The Fixer" et "Top Gun for Hire" pour son habileté dans la mise en œuvre de stratégies efficaces visant la résolution de questions politiques et de communications à fort enjeu.

Il a commencé sa carrière en tant que journaliste couvrant la politique et le gouvernement. Il a ensuite été correspondant de télévision et de radio à Washington D.C., couvrant le Congrès des États-Unis pour CBS News.

Singer a été le directeur de communications d'une campagne sénatoriale américaine réussie dans l'état du Nevada, responsable des affaires de la première femme élue à la Cour suprême de l'état du Nevada, et directeur de la campagne politique du procureur général démocrate de la Californie.

Il est le fils de deux professeurs et auteurs célèbres de l'Université de Californie à Berkeley, le Dr Margaret T. Singer, professeur de psychologie, et le Dr Jerome R. Singer, professeur de physique. Originaire de Berkeley, il est marié à Sharon Rollins Singer. Le couple a quatre fils qui sont activement impliqués dans les domaines des médias, la politique, la technologie et l'éducation.

Singer attribue sa passion pour les arts premiers, du moins en partie, au fait d’avoir grandi à Berkeley dans les années 1960. La ville, célèbre pour son campus de l'Université de Californie, accueille des professeurs et des étudiants venus du monde entier. Lorsqu'il était jeune garçon, ses parents voyageaient souvent pour donner des conférences et ramenaient alors des trésors à la maison. Certains élèves de sa mère étaient d'ailleurs collectionneurs d’objets d’art principalement de Nouvelle-Guinée et d'Afrique, marquant durablement le jeune Sam Singer.

Le voisin de la famille Singer était un professeur d'anthropologie d'origine belge à Berkeley, et sa maison était remplie de masques du théâtre japonais, de coffres tansu et d'objets tribaux provenant de cultures lointaines. Il conduisait une Citroën DS, une voiture qui le marqua par son style et son design.

Mais l’élément le plus important à l’origine de la passion de M. Singer pour les arts premiers est l'amour de sa vie, Sharon Rollins Singer.  Sharon était déjà collectionneur d’arts et de textiles extra-européens avant de rencontrer Sam et c’est elle qui  l'a emmené à son premier salon, la Caskey Lees San Francisco Textile and Tribal Art Show. Sam est devenu "accro" depuis.

Sam et Sharon ont tous deux été élevés dans des familles universitaires de la baie de San Francisco, et les racines de leur intérêt pour les arts premiers remontent à leurs éducations. Sharon se souvient d'un voyage familial d'un an en Amérique latine à l’époque où son père, professeur à l'université de Stanford, terminait sa thèse sur l'économie de la région. Malgré son jeune âge, elle fut profondément marquée par l'ancienneté de ce qu'elle voyait partout autour d’elle, en particulier au Pérou.

Aujourd'hui, le couple reste passionné par les arts premiers. Ils visitent régulièrement les musées, les collections, les galeries de marchands et les salles de vente aux enchères. Ils ont également commencé à parcourir le monde pour assister aux salons d'art tribal.  S’ils ont manqué le tout premier Parcours des mondes, ils ont assisté à la deuxième édition l’année suivante, ainsi qu’à toutes les autres  depuis, à l'exception de celles auxquelles la pandémie leur a interdit d’être présents.

Pendant de nombreuses années, ils ont fait, comme ils aiment dire en plaisantant, "The Tribal Art Grand Slam Circuit” (« le Circuit Grand Chelem des Arts Premiers »), en assistant aux salons de San Francisco, New York, Bruxelles et au Parcours des mondes. 

Leur maison dans la région de la baie de San Francisco déborde de sculptures, de masques, de massues et d'objets provenant d'Océanie, de l'Himalaya et d'Indonésie. 

L'intérêt des Singer pour la communauté des arts premiers va bien au-delà de l'art lui-même. Ils s'intéressent tout autant aux personnes, tant celles qui ont créé l'art dans des pays lointains et des époques passées, que celles qui, en Occident, le collectionnent, le vendent et l'apprécient aujourd'hui. Leur cercle d’amis est en grande partie composé de personnes appartenant à ce dernier groupe, et un de leurs passe-temps préférés consiste à inviter chez eux des amis et des marchands férus des arts premiers afin qu’ils puissent profiter de leur collection et participer dans un échange de connaissances et de dialogues autour des objets qui la constituent.

L'engagement du couple dans le métier de la communication et son amour des arts premiers sont intimement liés.  Les stratégies de communication de l'agence s'inspirent de l'importance de ces arts dans leurs contextes culturels. Sam Singer estime que l'art tribal est emblématique et que les stratégies de communication et les messages doivent semblablement l'être pour s’avérer efficaces et trouver leur bonne résonance.

« Pensez au pouvoir d'un bouclier, d'une sculpture figurale, ou d'un masque », explique Sam Singer.  « L’individu qui voyait cette pièce dans le contexte de sa culture d’origine reconnaissait instantanément les messages et les significations cachés derrière l’objet.  Pour que les communications modernes soient réussies, elles doivent susciter cette même prise de conscience et cette même compréhension immédiate. » 

« Je suis profondément reconnaissant d'avoir été choisi comme Président d'Honneur du Parcours des mondes en 2022 », a déclaré Sam Singer. « J'espère pouvoir agir en tant qu’ambassadeur pour le Parcours des mondes et pour les arts extra-européens en général, et j'espère aider à faire voir toute la puissance, l'élégance, l'intégrité et la vie qui émanent de ces arts à un public toujours croissant. »

Dernières actualités

Abonnez-vous à la newsletter

Nous vous invitons à vous inscrire à notre newsletter pour recevoir des nouvelles. Plus d'information?

Par l'encodage de ses données et l'envoi du présent formulaire, l'utilisateur du site Internet reconnaît avoir pris connaissance et accepté les conditions d'utilisation du site web et de protection des données personnelles.

(* = champ obligatoire)

Revue de presse

5/5
(11 avis)

Les évaluations sont gérées par les outils E-net Business

Certification e-net

Le marché des arts d’Afrique se développ... voir plus Le marché des arts d’Afrique se développe auprès d’un petit nombre de clients chinois, attirés par ses formes épurées. Parmi eux, des artistes, des hommes d’affaires ou des intellectuels, dont quelques femmes. Ils plébiscitent les pièces aux formes épurées dont l’esthétique a un potentiel universel, boudant au contraire les objets magiques et rituels à la forte connotation spirituelle. Point commun de cette clientèle : elle est extrêmement discrète et ne lève guère le voile sur sa collection. Il est pourtant une figure emblématique de ces nouveaux collectionneurs : l’exubérant Leinuo Zhang, installé à Milan et à la tête de plusieurs sociétés dans le domaine de la mode, qui ne manque pas d’exhiber fièrement ses acquisitions sur les réseaux sociaux. Aujourd’hui, outre les ventes publiques, il se fournit à Saint-Germain-des- Prés, chez le Bruxellois Didier Claes ou chez le Milanais Dalton Somaré. voir moins

Eléonore Théry

Le plus grand salon international des arts... voir plus Le plus grand salon international des arts premiers, asiatiques et d'archéologie se tient à ciel ouvert à partir d'aujourd'hui dans le quartier des Beaux-Arts et de Saint-Germain-des-Prés, à Paris. Jusqu'au 15 septembre, 64 marchands internationaux sont réunis pour cette 18e édition, qui témoigne d'une place croissant accordée à l'archéologie, avec la présence de huit galeries dont Arteas Ltd (Londres), Cahn Contemporary (Bâle) et la Galerie Eberwien (Paris). La collectionneuse grecque Kyveli Alexiou est présidente d'honneur de cette édition. Parmi les exposants, on retrouve les galeries Bacquart (Paris), Joe Loux (San Francisco) et Martin Doustar (Bruxelles), Bernard Dulon (Paris) pour les arts premiers, Max Rutherston Ltd. (Londres) pour les arts asiatiques ou encore J. Bagot Arqueología S.L. (Barcelone) pour la section archéologie. voir moins

The Art Newspaper Daily

Depuis dix-huit ans, grâce au Parcours de... voir plus Depuis dix-huit ans, grâce au Parcours des mondes, Saint-Germain-des-Prés devient, l’espace d’une semaine, le rendez-vous privilégié des amateurs et collectionneurs d’arts primitifs. Mais pas seulement, car depuis quatre ans, l’événement s’est ouvert à d’autres disciplines. En 2015, il accueillait les arts d’Asie ; cette année, c’est au tour de l’archéologie d’être intégrée, avec des œuvres grecques, romaines ou orientales. « L’adjonction de cette spécialité était une évidence, car c’est de cette époque que tout est parti », explique Pierre Moos, « Lorsqu’on s’appelle Parcours des mondes, on se doit de proposer un véritable tour du monde de l’art non pas en quatre-vingts jours mais en quatre-vingts minutes. D’autant que, contrairement à ce que l’on pense, le collectionneur n’est pas toujours monomaniaque et fait la traversée esthétique d’un continent à l’autre ou d’un pays à l’autre » Soixante-quatre exposants (dont une moitié venant de l’étranger) participent à cette 18e édition. Et parce que le Parcours des mondes rassemble la plus grande concentration au monde d’amateurs et de collectionneurs d’arts extra-européens, les exposants leur réservent leurs plus belles découvertes de l’année et rivalisent dans des expositions thématiques – une vingtaine – prévues parfois depuis plusieurs années. Parmi les expositions notables, on relève celle de Bernard Dulon (Paris) qui organise un face-à-face entre les œuvres du sculpteur belge Jan Calmeyn et les objets africains de sa collection, dont une figurine en zigzag Lega (Congo) et une statuette assise Dogon (Mali). Abla & Alain Lecomte (Paris) centrent leur présentation sur le thème du masque de l’Afrique de l’Ouest avec un étonnant masque cimier Ijebu, Yoruba. « Une vingtaine d’entre eux proviennent d’une collection privée encore jamais montrée », souligne Alain Lecomte (affichés entre 3 500 € et 35 000 €). Julien Flak (Paris) a réuni une vingtaine d’objets sous le titre explicite de « Poésie féroce, arts anciens de Nouvelle- Irlande », parmi lesquels un masque Malagan Matua ou Vanis (au-delà de 70 000 €). « Organiser une exposition consacrée aux arts anciens de cette île mystérieuse des mers du Sud est un rêve que je poursuis depuis plus de dix ans », souligne le marchand. voir moins

Marie Potard - Le Journal des Arts

Parcours des mondes in Paris - widely rega... voir plus Parcours des mondes in Paris - widely regarded as the world’s most important tribal art event – is good at looking to the past while engaging with the present. While most of the exhibitors at this annual international event staged in and around the galleries of Saint-Germain-des-Prés (11–16 September) focus on tribal art – the lion’s share from Africa – space is also found for contemporary expressions of traditional practice. This may be recent Aboriginal art or, as last year’s honorary president, Javier Peres, demonstrated in the loan exhibition he staged in the Espace Tribal, the work of artists from across the globe who reconnect to their cultural roots through the prism of modern and contemporary art. Both loan exhibition and honorary president this year connect the tribal with the contemporary. voir moins

Susan Moore - Apollo

Une expérience unique

Nous sommes soucieux de vous offrir une navigation sécurisée et personnalisable. Nous utilisons à cette fin des cookies afin de vous proposer des offres adaptées à vos centres d’intérêt, recueillir anonymement des données de statistiques et vous permettre une visite la plus agréable possible.