Une question ?

Beaux Rêves Bruno Claessens - Duende Art Projects

Pour sa première participation au Parcours des mondes, Duende Art Projects présente une sélection méticuleuse de repose-têtes sud-africains - incluant plusieurs chefs-d'œuvres réalisés par des artistes anonymes  Tsonga, Shona et Swazi. L'exposition “Beaux Rêves – Sweet Dreams” présentera un important groupe de repose-têtes du XIXème siècle en regard des très colorés œuvres abstraites de trois artistes Ndebele contemporaines : Franzina Ndimande, Angelina Ndimande, et Anna Mahlangu.  

 

Suivant la ligne éditorIale et l'ambietion de Duende Art Projects, plusieurs correspondances et liens peuvent être découverts entre les anciens repose-têtes sud-africains et les peintures Ndebele contemporaines. Sans surprise, les compositions picturales se révèlent très architecturés étant originellement peintes sur les murs des maisons. Cependant, les repose-têtes également présente une composition architecturée, la base et la partie supportant la tête étant reliées par de multiples éléments finement dessinés. L'usage brillant d'espaces ajourés dans les deux types de productions artistiques joue un rôle important. Ainsi, l'usage de symétrie et assymétrie le long d'un axe central crée de puissantes compositions. Tandis que les peintures Ndebele étaient transmises de mère à fille, les repose-têtes aussi sont très liés au genre féminin dans leur conception. Tant ces peintres femmes que les artistes sur bois anonymes nous montrent toute l'étendue de leur créativité.

 

Pendant de nombreuses générations, les femmes Ndebele vivant en Afrique Australe ont crée un art remarquable par sa richesse et sa vitalité. Elles ont crée, sur les grandes façades extérieures de leurs maisons, des peintures murales aux dessins uniques, tout à la fois anciens et contemporains dans leur minimalisme, l'intensité des couleurs et l'abstraction des motifs. Ces fameux dessins abstraits aux couleurs vives et formes anguleuses, soulignés par des contours épais et noirs sont des marqueurs de leur identité Ndebele. Sous l'impulsion du marchand d'art belge Alain Guisson, un groupe de trois femmes a déposé sur papier, plusieurs compositions, initialement présentes sur les murs de leurs maisons, afin de promouvoir et préserver cet art. “Beaux Rêves – Sweet Dreams” présente sept œuvres par Franzina Ndimande, sa fille Angelina Ndimande, et Anna Mahlangu créés en 1993. A cette époque, il s'agissait d'une toute nouvelle manière, pour ces femmes Ndebele, d'asseoir leur identité et de poursuivre leur parcours artistique. Ensemble, avec l'artiste mondialement reconnue Esther Mahlangu, elles ont conquis le monde avec le style unique de l'art Ndebele. Les intenses aplats de couleurs au sein des formes abstraites et le traitement très dynamique de la composition a inspiré nombre de dessinateurs de mode et de créateurs.


L'ensemble de peintures Ndebele, avec leurs intenses et vifs couleurs, formes et dessins, sont présentés en regard avec un somptueux groupe de repose-têtes sud-africains du XIXème siècle. Soigneusement sélectionnés pour leur ancienneté, leur qualité et leur esthétique, ils peuvent être inscrits parmi les plus beaux représentant de leur catégorie. Ces repose-têtes en bois servaient à soulever la tête de leur utilisateur durant le repos afin de protéger leurs coiffes, très étudiées et précieuses, de la poussière ou d'être aplaties. Le dormeur s'allongeait sur le côté et ainsi reposait sa tête avec le cou ou la joue sur la partie de support incurvée. En raison de leur usage intense au quotidien, ces objets ont acquis une vive patine lustrée avec le temps. En raison de leur usage nocture, ces repose-têtes étaient en lien avec le monde des rêves, un moment magique où les ancêtres pouvaient communiquer avec leurs descendants.

 

Les repose-têtes des Tsonga sont devenus des exemplaires remarquables de leur extraordinaire inventivité et de leurs qualités de sculpteur. Ces artistes spécialisés ont crée des objets avec une réelle symétrie articulée autour d'un axe central, en utilisant harmonie et contrepoids. La créativité sans fin dans les entrelacs et dessins de leurs repose-têtes est représentée par trois exemples exceptionnels. Neuf autres repose-têtes proviennent de la population Shona du Zimbabwe, et sont caractérisés par le jeu entre les triangles et les cercles. La présence de la femme est soulignée par la reprise des motifs de scarifications sur ces repose-têtes, symbolisant bien l'importance de la femme dans une société dominée par les hommes. Enfin, un exemplaire Swazi nous montre une image d'un animal. Ces exemplaires exceptionnels étaient déjà acquis dans les années 1870 et font partie des plus beaux représentants de leur catégorie.

 

Enfin, le titre "Beaux Rêves - Sweet Dreams" se passe d'explications. Comme nous partageons notre passion pour l'art et notre désir de créer des espaces présentant la beauté sous toutes ces formes, qui ne rêve pas d'acquérir un tel objet. La sélection de cette exposition se veut le reflet des "beaux rêves" de ses visiteurs.

Nos partenaires

Dernières actualités

Abonnez-vous à la newsletter

Nous vous invitons à vous inscrire à notre newsletter pour recevoir des nouvelles. Plus d'information?

Par l'encodage de ses données et l'envoi du présent formulaire, l'utilisateur du site Internet reconnaît avoir pris connaissance et accepté les conditions d'utilisation du site web et de protection des données personnelles.

(* = champ obligatoire)

Revue de presse

5/5
(11 avis)

Les évaluations sont gérées par les outils E-net Business

Certification e-net

Le marché des arts d’Afrique se développ... voir plus Le marché des arts d’Afrique se développe auprès d’un petit nombre de clients chinois, attirés par ses formes épurées. Parmi eux, des artistes, des hommes d’affaires ou des intellectuels, dont quelques femmes. Ils plébiscitent les pièces aux formes épurées dont l’esthétique a un potentiel universel, boudant au contraire les objets magiques et rituels à la forte connotation spirituelle. Point commun de cette clientèle : elle est extrêmement discrète et ne lève guère le voile sur sa collection. Il est pourtant une figure emblématique de ces nouveaux collectionneurs : l’exubérant Leinuo Zhang, installé à Milan et à la tête de plusieurs sociétés dans le domaine de la mode, qui ne manque pas d’exhiber fièrement ses acquisitions sur les réseaux sociaux. Aujourd’hui, outre les ventes publiques, il se fournit à Saint-Germain-des- Prés, chez le Bruxellois Didier Claes ou chez le Milanais Dalton Somaré. voir moins

Eléonore Théry

Le plus grand salon international des arts... voir plus Le plus grand salon international des arts premiers, asiatiques et d'archéologie se tient à ciel ouvert à partir d'aujourd'hui dans le quartier des Beaux-Arts et de Saint-Germain-des-Prés, à Paris. Jusqu'au 15 septembre, 64 marchands internationaux sont réunis pour cette 18e édition, qui témoigne d'une place croissant accordée à l'archéologie, avec la présence de huit galeries dont Arteas Ltd (Londres), Cahn Contemporary (Bâle) et la Galerie Eberwien (Paris). La collectionneuse grecque Kyveli Alexiou est présidente d'honneur de cette édition. Parmi les exposants, on retrouve les galeries Bacquart (Paris), Joe Loux (San Francisco) et Martin Doustar (Bruxelles), Bernard Dulon (Paris) pour les arts premiers, Max Rutherston Ltd. (Londres) pour les arts asiatiques ou encore J. Bagot Arqueología S.L. (Barcelone) pour la section archéologie. voir moins

The Art Newspaper Daily

Depuis dix-huit ans, grâce au Parcours de... voir plus Depuis dix-huit ans, grâce au Parcours des mondes, Saint-Germain-des-Prés devient, l’espace d’une semaine, le rendez-vous privilégié des amateurs et collectionneurs d’arts primitifs. Mais pas seulement, car depuis quatre ans, l’événement s’est ouvert à d’autres disciplines. En 2015, il accueillait les arts d’Asie ; cette année, c’est au tour de l’archéologie d’être intégrée, avec des œuvres grecques, romaines ou orientales. « L’adjonction de cette spécialité était une évidence, car c’est de cette époque que tout est parti », explique Pierre Moos, « Lorsqu’on s’appelle Parcours des mondes, on se doit de proposer un véritable tour du monde de l’art non pas en quatre-vingts jours mais en quatre-vingts minutes. D’autant que, contrairement à ce que l’on pense, le collectionneur n’est pas toujours monomaniaque et fait la traversée esthétique d’un continent à l’autre ou d’un pays à l’autre » Soixante-quatre exposants (dont une moitié venant de l’étranger) participent à cette 18e édition. Et parce que le Parcours des mondes rassemble la plus grande concentration au monde d’amateurs et de collectionneurs d’arts extra-européens, les exposants leur réservent leurs plus belles découvertes de l’année et rivalisent dans des expositions thématiques – une vingtaine – prévues parfois depuis plusieurs années. Parmi les expositions notables, on relève celle de Bernard Dulon (Paris) qui organise un face-à-face entre les œuvres du sculpteur belge Jan Calmeyn et les objets africains de sa collection, dont une figurine en zigzag Lega (Congo) et une statuette assise Dogon (Mali). Abla & Alain Lecomte (Paris) centrent leur présentation sur le thème du masque de l’Afrique de l’Ouest avec un étonnant masque cimier Ijebu, Yoruba. « Une vingtaine d’entre eux proviennent d’une collection privée encore jamais montrée », souligne Alain Lecomte (affichés entre 3 500 € et 35 000 €). Julien Flak (Paris) a réuni une vingtaine d’objets sous le titre explicite de « Poésie féroce, arts anciens de Nouvelle- Irlande », parmi lesquels un masque Malagan Matua ou Vanis (au-delà de 70 000 €). « Organiser une exposition consacrée aux arts anciens de cette île mystérieuse des mers du Sud est un rêve que je poursuis depuis plus de dix ans », souligne le marchand. voir moins

Marie Potard - Le Journal des Arts

Parcours des mondes in Paris - widely rega... voir plus Parcours des mondes in Paris - widely regarded as the world’s most important tribal art event – is good at looking to the past while engaging with the present. While most of the exhibitors at this annual international event staged in and around the galleries of Saint-Germain-des-Prés (11–16 September) focus on tribal art – the lion’s share from Africa – space is also found for contemporary expressions of traditional practice. This may be recent Aboriginal art or, as last year’s honorary president, Javier Peres, demonstrated in the loan exhibition he staged in the Espace Tribal, the work of artists from across the globe who reconnect to their cultural roots through the prism of modern and contemporary art. Both loan exhibition and honorary president this year connect the tribal with the contemporary. voir moins

Susan Moore - Apollo

Une expérience unique

Nous sommes soucieux de vous offrir une navigation sécurisée et personnalisable. Nous utilisons à cette fin des cookies afin de vous proposer des offres adaptées à vos centres d’intérêt, recueillir anonymement des données de statistiques et vous permettre une visite la plus agréable possible.